La possibilité d’appliquer une restriction sur un budget permet d’exercer un meilleur contrôle sur les heures travaillées et les coûts (facturables ou non) reliés à un projet puisqu'un budget restrictif est un budget qui ne peut être dépassé. C'est-à-dire, lorsqu'un budget restrictif est atteint, aucune entrée additionnelle ne peut être effectuée.


L’aspect restrictif s’applique peu importe la portée du budget (globale, par membre ou par tâche).

 


Un budget restrictif calculé sur les heures travaillées

Prenons l’exemple d’un budget dont la portée serait par membre et dont le type de budget serait par heures travaillées. Pour en savoir plus sur l'élaboration d'un budget, cliquez ici.




Si le budget défini au préalable pour un membre est de 10 heures...



...et que ce membre tente d’inscrire une entrée de temps supérieure à 10 heures (ou que le cumul des heures entrées excède 10 heures), le système l’en empêchera :






Un budget restrictif appliqué sur un projet facturable à un montant forfaitaire

Prenons l'exemple d'un projet facturable au montant forfaitaire de 5000$ et pour lequel vous désirez dégager une marge de profit de 1000$.
Vous pourriez alors définir un budget avec une portée globale et dont le type serait basé sur les coûts (heures travaillées x taux horaires + dépenses).
Le montant du budget alloué serait alors de 4000$.


Au niveau de la méthode de facturation, il vous suffirait de choisir "Montant forfaitaire" et d'entrer le montant voulu.



Toutes nouvelles entrées de temps ou dépenses, facturables ou non, qui excéderaient le montant alloué de 5000$ seraient refusées.


Un budget restrictif appliqué sur un projet à taux horaire fixe
Dans le cas d'un projet facturable basé sur un taux horaire fixe, la même logique telle que décrite ci-dessus s'applique. Par contre, le taux horaire fixe aura préséance sur les taux définis pour les membres et les tâches et servira de calcul dans la restriction du budget.